mardi 8 juillet 2014

The running first steps.

Ça y est, les pieds confortablement installés dans les jolies baskets, ou pas, (l'essentiel est ailleurs) on se sent prête à dévaler des kilomètres; non, en vrai au début on compte plutôt en mètres! Ben oui, n'oubliez pas qu'en tant que débutante, l'endurance se situe plutôt au point 0....Mais, mais on ne se décourage pas parce qu'on ne peut que PROGRESSER!

Bon ben, soit on est gonflée à bloc et après un petit échauffement de 5-10 minutes, on part à la découverte des nouvelles sensations dans notre corps. En vrai, c'est plutôt dans nos poumons qu'on sent qu'il s'y passe quelque chose.



Soit, on préfère faire confiance à un des nombreux plannings sportifs qui fleurissent sur le web, parmi eux:



J'ai personnellement choisi de suivre le second, ici en version pdf.

C'est celui qui me semblait le plus progressif, le plus facile à suivre et qui semblait s'adapter au mieux à ma piètre condition physique. En effet, dans le premier, on doit passer à deux minutes de course d'emblée (impossible pour moi), alors que dans le second, on commence beaucoup plus facilement, histoire de réveiller en douceur le corps. Car l'important ce n'est pas de courir 10 minutes sans s'arrêter à la première séance et ensuite de ressembler à ça:


Mais de fournir un effort dans la durée sans être complètement épuisée afin de vouloir recommencer à la séance suivante et aller un petit peu plus loin. 

Ce que j'ai trouvé intéressant et qui m'a aidée c'est de voir que les séances étaient composées de moments de course lente ET de marche, histoire de récupérer. 
Oui, parce qu'en tant que débutante on a LE DROIT et même presque LE DEVOIR de marcher pour ne pas s'épuiser et être dégoûtée pour de bon. 
Par "course lente", il faut comprendre qu'il faut courir vraiment doucement, on doit pouvoir être capable de parler en courant sans problème. Mais comme je courrais seule, ben, je ne parlais à personne et me concentrais plutôt sur ma respiration pour absolument éviter le point de côté, ma bête noire!

Suivre un planning préétabli à l'avance, c'est avoir un cadre bien délimité. 
C'est très rassurant, avant de sortir, de savoir combien de temps je dois courir en tout et comment (course ou marche). Ce planning, c'est comme un coach: il me dit ce qu'il attend de moi car il sait ce que je peux ou pourrai faire, la fois suivante.

Maintenant que je l'ai terminé, j'ai un souhait: celui de Vous le transmettre, comme on transmettrait un flambeau, ou la flamme olympique; afin qu'à votre tour vous le transmettiez à quelqu'un d'autre lorsque vous l'aurez terminé (car vous y arriverez) et que vous serez extrêmement fière de vous.




2 commentaires:

  1. Bravo, le running est un sport ingrat - du moins les débuts - et les premiers temps sont les plus difficiles. Alors bravo à toi d'avoir poursuivi tes efforts.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment eu THE déclic, ce jour où je suis montée sur la balance pour faire le point. Sans ça, je ne suis pas sûre que je serais là où j'en suis actuellement.

    RépondreSupprimer